Notre nouvelle salle à manger : Episode 3 : Isolation du sol et du plafond

Le toit en attente des plaques de plâtre.
1/1 Le toit en attente des plaques de plâtre.
Construction
par paroroma
21/04/2014 19:09
904 Vues
  • Plus de 4 joursDifficile
  • Plus de 4 joursPlus de 4 jours
  • 20002 000,00 €

lien vers l'épisode précédent : http://www.le-coin-des-bricoleurs.com/fr/projet/Notre-nouvelle-salle-a-manger---Episode-2--le-toit-et-les-menuiseries/instructions-de-montage-do-it-yourself/17835/

Bon le gros oeuvre est réalisé, il faut maintenant s'atteler aux nombreux travaux intérieurs.

A venir et sans doute dans le désordre :
1) l'isolation du toit
2) l'isolation du sol et la nouvelle chape
3) le carrelage du sol
4) l'isolation des murs
5) doublage et plaquage du plafond
6) doublage et plaquage des murs
7) mise en place définitive des portes
8) électricité
9) mise en peinture

En tout cas pour commencer, isolation du plafond et du sol

5.0 5 2

Instructions de montage

Matériel requis

unités Description Matière Dimensions

Outils requis

1 L'isolation du toit

NEXT
Le toit avant isolation
1/8 Le toit avant isolation
PREV

Un toit en tuile avec un film écran sous toiture étanche cela protège bien des intempéries (pluie, neige, vent) mais pas du froid.

Le fait d'utiliser comme chevrons des demi-bastaings a permis de générer un espace pour loger l'isolation.

La pose d'un film écran sous toiture de type HPV permet de poser l'isolant en contact de ce film.

Nous disposions donc d'une épaisseur d'environ 18 cm pour l'isolation. Pour répondre au normes actuelles il aurait mieux valu disposer de 23 cm voir 30, mais cela aurait posé un problème vis à vis de la hauteur intérieure.

En effet, pour mémoire des épisodes précédents, la hauteur totale de l'extension est bloquée côté maison en bas par la dalle et en haut par la fenêtre du premier. La hauteur totale côté jardin est donc une résultante entre la profondeur de la pièce, la hauteur côté maison et la pente mini admissible par les éléments du toit (tuiles et fenêtres de toit).

Dans ces conditions nous avons préféré opter pour une isolation un peu plus faible que ce qu'il serait souhaitable (mais déjà supérieure au reste de la maison, pour le moment) et conserver un volume de pièce, en particulier au niveau des porte-fenêtre).

Côté isolation, la hauteur étant décidée, il restait à choisir la matière. Ce qui a décidé du choix est aussi la volonté de pouvoir utiliser au maximum cette pièce. Quiconque dispose d'une chambre sous toit sait que celle-ci a vite tendance à monter en température l'été, l'orientation et la matière des tuiles emmagasinant la chaleur et la transmettant à l'intérieur.

Après quelques recherches sur internet il est apparu que la meilleure solution dans ce cas était d'utiliser un matériau avec une densité assez élevée générant une inertie forte au changement de température.

Comme nous souhaitions également choisir une matière la plus biologique possible, nous avons retenue une solution en laine de bois, qui avec l'épaisseur de 18 cm et une densité de 55 kg/m3 devrait générer un déphasage (temps entre le moment où la chaleur pénètre le matériau d'un côté et celui où il ressort de l'autre) d'environ 10 heures.

Il va sans dire que la solution retenue était connue pratiquement dès le début du projet, la masse de l'isolant n'étant pas anodine et devant être prise en compte dès le début de la définition de la charpente (dans mon cas, c'est environ 10 kg/m2, mais certains isolant atteignent jusqu'à 130-150kg/m3).

Ce produit n'est pas encore très facile à trouver, les enseignes de fourniture pro pratiquant des prix assez dissuasifs (un devis à plus de 30 euros le m2 ...). Au final j'ai quand même pu trouver une enseigne me la proposant à un prix peu ou prou similaire à celui de la laine de roche.
 
Autre avantage de la laine de bois, son pouvoir de régulation de l'humidité (dans certaines limites quand même).

C'est en plus un matériau qui peut se travailler même à mains nues. Par contre le masque est recommandé sinon crise d'éternuement quasi assurée !

Et puis cela a une odeur agréable, un mélange entre l'odeur de scierie et le pain d'épices ...

Inconvénient : ce n'est pas très facile à couper, surtout en grande épaisseur. Dans notre cas nous avons utiliser des lames de scie à métaux.

A noter que comme c'est un matériau assez dense, il ne faut pas trop compter sur l'effet ressort pour le mettre en place, donc prévoir peu de surlargeur. Dans notre configuration, un centimètre de plus était suffisant sous peine de galérer pour le mettre en place. 

Pour terminer, on recouvre le tout avec un écran freine vapeur (pas complètement étanche à la vapeur d'eau afin là encore de profiter de la régulation d'humidité), agrafé sur les chevrons avec un recouvrement entre lés de 10 cm et la mise en place d'un scotch spécifique pour garantir une bonne isolation à l'air.
---------
Il ne restera plus qu'à poser un encadrement de profilé de 70mm d'épaisseur (pour loger les spots à leds).
Pour cela c'est la même technique que pour une cloison sur armature métallique : on pose des rails sur les 2 grands murs et ensuite des montants dans le sens de la largeur.

Coup de bol, la longueur du plafond fait juste 3m, les montants existant dans cette dimension. ceux-ci sont donc en 1 seul morceau.

Après il faut faire une armature qui fait le tour des fenêtres de toit afin d'assurer la fixation des plaques de finition autour de ceux-ci.

Pour terminer, il s'agit de prévoir comment disposer les plaques de plâtre afin d'avoir le moins possible de joints, zones toujours difficiles à traiter. Comme les plaques de plâtre existent aussi en 3m de long, cela va réduire aussi le travail, pour un coût à peine supérieur. Cette disposition étant définie, il ne reste plus qu'à ajouter des rails en face des zones de jonctions.

Petit point de détail, les liaisons entre montants et rails ont été réalisées par rivets "pop", le sertissage par pince n'assurant pas le même niveau de solidité.

Avant la pose des plaques il faut également prévoir le passage de tous les câblages nécessaires (en l'occurrence le câble d'antenne et l'alimentation des spots).

2 L'isolation du sol

NEXT
La mise en place des panneaux d'isolations. On aperçoit les plaques pour rupture du pont thermique et la remontée du polyane.
1/2 La mise en place des panneaux d'isolations. On aperçoit les plaques pour rupture du pont thermique et la remontée du polyane.
PREV

Toujours dans la même optique d'isoler au mieux en fonction des contraintes, nous avons décidé de casser la chape et le carrelage et de refaire une isolation du sol avec une nouvelle chape par dessus avant pose d'un nouveau revêtement de sol.

Là encore la contrainte a été donnée par l'existant sur la maison (dalle, position de la fenêtre du premier), les dimensions voulues pour la pièce (en particulier la largeur et la volonté de garder des porte-fenêtre assez hautes) et les incontournables de fabrication (pente mini).

Au final, la répartition est/sera la suivante : 4cm de polystyrène extrudé, 5 cm de chape et 1,5 cm pour le carrelage.

Après avoir cassé l'ancien carrelage et la chape qui était dessous, nous avons posé un film polyane pour éviter les remontées d'humidité (peut-être du luxe vu que la chape n'était pas du tout humide). Nous l'avons également fait remonter en périphérie au dessus du niveau de la chape.

Ensuite mise en place des panneau en polystyrène extrudé à usinage latéral rainuré bouveté ce qui permet d'assurer une vrai continuité. En périphérie de la pièce, ajout de plaques de polystyrène extrudé de 2 cm d'épaisseur et plus hautes que la chape, là encore pour couper tout risque de pont thermique.

Par dessus tout cela coulage d'une chape de mortier d'environ 5 cm avec ajout d'un grillage de carreleur.

Une fois la chape sèche, il ne reste plus qu'à couper le film polyane en périphérie. (photo à venir, le sol est encombré de plaques de BA13)

Prochaine étape difficile pour le sol : le choix du carrelage ! (grès cérame teinté pleine masse).

14 commentaires

vers « Notre nouvelle salle à manger : Episode 3 : Isolation du sol et du plafond »

Quel travail !!!! bravo !!!!
2014-04-21 19:17:41

Sacré boulot ! Tu ne chomes pas, après ce sera que du bonheur!
2014-04-21 20:28:55

bonjour,jolie boulot, et toujours fait dans les régles de l'art et du bon sens.... y a rien à dire, sauf une ptit eval a +5 Largement mérité.
2014-04-22 06:52:17

sacré boulot , merci pour les détails , le résultat final sera bien agréable je pense !
2014-04-22 11:18:26

Prochaines étapes : le plaquage du plafond, l'armature, l'isolation et le plaquage des murs, sans oublier le passage de l'électricité avant chaque étape ...

2014-04-23 11:25:41

Un grand bravo pour ce travail de qualité !!!!
2014-04-23 12:43:28

Merci à tous :-)
2014-04-23 19:35:43

pffiouuu, quel travail ! déjà dit, mais je me répète : je t'embauche !
payable en chou farci, tartes aux pommes et poule au pot !
2014-04-28 18:27:17

Le chantier progresse bien.
Bon courage pour la suite.
2014-04-28 21:24:38

salu pano, tu as mis des grand velux, vous eties combien pour le poser ? j'ai pas pu monter le mien acheté d'occas monter. trop lourd. (134x140 a double rotation) . donc j'ai du poser un 98x78... si jamais t'as une astuce j suis preneur car faudra bien que j'utilise ce velux .
2014-04-30 13:58:01

@Bruto : nous étions 3 mais nous aurions pu le faire à deux :

Ce qui nous a aidé c'est la faible pente du toit. La charpente étant neuve, le cadre s'est posé tout seul de niveau, sans cales.

Pour la vitre, nous l'avons monté par l'extérieur. Nous l'avons fait glisser sur l'échelle, moi en dessous pour la pousser en montant et mon père en haut pour la tirer avec une corde.

Ensuite nous avons passer la corde de façon à faire une boucle à droite et une à gauche. Ces boucles, passées dans les épaules, permettaient de tenir le poids de la vitre (environ 50 kilos) sans fatiguer, contrairement à si nous l'avions tenu à ma main. Et comme nous ne forcions pas c'était plus facile de la guider, en particulier au niveau des zones articulations. C'est finalement ma fille qui était à l'intérieur sur le petit échafaudage qui a glissé les guides "banane" dans leurs logements. Mais au final nous aurions pu faire sans elle.

Au final plutôt simple et sans forcer pour un velux de 1,14x1,18.
2014-04-30 21:58:37

Rien à voir avec des velux de dimensions plus petites que nous avions posé à partir de l'intérieur sur un toit plus pentu (plus de 50°). Cela fait 30 ans et je m'en souviens encore !
(bras tendus avec une main pour tenir la vitre et l'autre pour essayer de mettre le guide rotation en place !)
2014-04-30 22:01:08

merci je prévoirais du monde la prochaine fois. j'avais bien penser le monter comme toi, mais je me suis acharner a le monter par l’intérieur bref . ha la pose du 1er velux ;) je m'en souviens aussi, .
2014-05-02 14:38:15

Beau travail et bravo +1 pour les détails
2014-05-02 21:56:54

S’inscrire / se connecter !